Accueil du site > Salon des collectionneurs > Salon du 14 octobre 2012 > Salon des collectionneurs LE TEMPS QUI PASSE

LE TEMPS QUI PASSE

Samedi 13 octobre, plus d’une trentaine de collectionneurs de l’Amicale de Chemillé étaient présents salle de l’Avault pour la préparation des expositions et la mise en place des longues rangées de tables destinées à accueillir la soixantaine d’exposants du 22e salon. Concernant les objets présentés sur le thème du « Temps qui passe », l’amicale a collaboré avec la société Bodet de Trémentines. « Un ancien mouvement d’horlogerie datant de 1838 en état de fonctionnement avec tous ses mécanismes, poids et contre-balanciers a été mis à notre disposition. Les Chemillois Daniel Rahard et Denis Tornier nous ont aidés à l’installation et aux différents réglages. Mais le plus dur a été de descendre cette grosse machine qui pèse plusieurs centaines de kilos ». Dimanche toute la journée, le public (évalué entre 2 500 et 3 000 personnes) a pu découvrir l’histoire de la maison Bodet créée en 1869 par Paul Bodet puis reprise par ses descendants Emmanuel, Pierre et Jean-Pierre de nos jours. Sur le podium, différents modèles avec des techniques plus récentes étaient également présentés.

JPEG - 39.4 ko
JPEG - 46.7 ko
JPEG - 40 ko
JPEG - 65.1 ko
JPEG - 46.4 ko
JPEG - 19.1 ko
JPEG - 21.2 ko
JPEG - 19.8 ko
JPEG - 21.3 ko
JPEG - 21.4 ko

André Renier, un collectionneur qui sait lire l’heure

André Renier, est né à Vihiers en 1946 dans une famille de boulangers. Il possède plusieurs milliers d’horloges de toutes formes et de toutes les couleurs. Il les accroche dans sa cuisine, sa salle à manger, le débarras, les escaliers et au plafond de son garage. Le grenier de ses dépendances lui sert d’atelier pour effectuer les remises en états. « Car avec plusieurs horloges j’arrive à en faire une qui fonctionne ». André a fait cinq métiers. « J’ai commencé par la viticulture avant de passer quelques années dans la maçonnerie puis chez Morellet-Guérineau. Mais j’étais attiré par tout ce qui était minutieux et précis. Connaissant la maison Bodet j’y suis entré vers 1970. Nous partions avec un collègue pour monter des horloges sur place, dans les clochers de France. Nous faisions aussi l’entretien et les réparations. Enfin ma passion pour l’horlogerie avait abouti ». Suite à des problèmes de santé, André ne pouvait plus grimper dans les clochers pour monter charpentes, béliers et les horloges. Il va donc finir sa carrière jusqu’en 2004 dans une jardinerie. L’horlogerie va alors occuper tous ses moments libres. « Je fouine dans les brocantes cherchant des pièces pour réparer. Depuis 50 ans j’ai accumulé pas moins de dix mille pièces différentes : carillons, baromètres, différentes sortes de coucous, d’horloges en faïence ou sous globes… Je démonte, je remonte, il faut de la patience. Mais c’est ma passion » ajoute le personnage au milieu de ses horloges à remonter le temps et qu’il a sauvées. Il convient aussi d’ajouter qu’André Renier possède une belle collection de pièces de monnaies. Il est numismate dans l’âme. André Renier présente plusieurs centaines d’horloges différentes.

JPEG - 50.9 ko
JPEG - 38.9 ko
JPEG - 52 ko
JPEG - 51 ko
JPEG - 59.1 ko
JPEG - 43.9 ko
JPEG - 52.5 ko

Bodet, spécialiste de l’horlogerie

André Renier a travaillé durant plusieurs années comme ajusteur électromécanicien à la maison Bodet de Trémentines. La direction de Bodet présentera plusieurs anciens modèles de cadrans ainsi que des mécanismes et horloges en fonctionnement. Le public pourra aussi apprendre à connaître l’histoire de l’entreprise qui a démarré en 1869 dans ce bourg du Choletais. Le fondateur, Paul Bodet, alors menuisier au centre du village se voit confier l’installation de l’horloge dans le clocher de la nouvelle église. Ensuite, Emmanuel, Pierre puis Jean-Pierre, ses descendants continuent l’aventure avec la fabrication de nouveaux produits innovants tout en gardant la fabrication d’origine. La plupart des clochers français sont à l’heure de Trémentines. Jacques Burel directeur adjoint représentait Bodet au salon.

JPEG - 16.2 ko
JPEG - 19.8 ko
JPEG - 52.7 ko
JPEG - 56.2 ko
JPEG - 55.5 ko
JPEG - 22 ko
JPEG - 15.3 ko
JPEG - 15.1 ko
JPEG - 11.9 ko

Découvrir la généalogie au Salon des collectionneurs

Pour la seconde année, nous avons invité deux clubs généalogiques voisins : la section généalogie de la SLA (Société des arts et lettres) de Cholet et l’association généalogique de l’Anjou (AGENA d’Angers). Toute la journée ils ont donné tous les conseils utiles aux personnes recherchant leurs ascendants. Et de plus, les amateurs d’histoire ont peut-être eu la chance de retrouver une ancienne vue du village de leurs ancêtres parmi les nombreux documents présentés par les exposants. La généalogie est aujourd’hui très répandue. « Le nombre des généalogistes amateurs a considérablement augmenté. Les personnes recherchent non seulement leurs racines mais l’histoire et les conditions de vie de leurs ancêtres : métiers, patrimoine, religion, l’origine et la signification de leur nom. Des recherches qui peuvent amener à découvrir de nombreux cousins éloignés ».

JPEG - 17.5 ko
JPEG - 16 ko
JPEG - 18.3 ko
JPEG - 17.7 ko

Les quatre saisons à Chemillé

Une série de quatre marque-pages a été éditée pour le salon. Il représente quatre lieux de Chemillé photographiés au fils des saisons : printemps, été, automne, hiver. La série est disponible auprès de l’amicale au prix de 3 euros les quatre marque-pages (frais d’envoi inclus)

Le château du Cloître :

JPEG - 44.9 ko
JPEG - 57 ko
JPEG - 46.5 ko
JPEG - 52.7 ko

Le plan d’eau de Coulvée :

JPEG - 25.7 ko
JPEG - 31.4 ko
JPEG - 37.2 ko
JPEG - 33.5 ko

Le jardin des planètes dans la Coulée verte :

JPEG - 38.6 ko
JPEG - 42.6 ko
JPEG - 48.4 ko
JPEG - 40.4 ko

Sous-bois à Coulvée :

JPEG - 52.3 ko
JPEG - 57.1 ko
JPEG - 61.4 ko
JPEG - 32.1 ko